Traditions



les fêtes
la fête des 15 ans
fête des morts
posadas
Villes


Guanajuato
Mexico
Tlaxcala

Sites archéologiques

Curiosités



p'tites bêtes
papillons
volcans
séismes

Saveurs


apports
cactus

Loisirs


sports
musique

Vie pratique


transport
santé
Réflexions



couloir de la mort
lacs et fleuves
santa muerte
topos
Plus

liens
lectures
 

Les volcans du Mexique

 

Le Mexique se situe à la jonction de 2 grandes plaques : la plaque Américaine et la plaque Pacifique. La rencontre de ces 2 plaques , la plaque Pacifique qui s'enfonce sous la plaque Américaine, provocant un mouvement de subduction, entraîne de nombreux bouleversements. Le plus léger et le "moins visible" est la formation de massifs montagneux comme les différentes Sierras Madre. Et les plus visibles et les plus sensibles sont les tremblements de terre et la formation de volcans. Il est à noter que plus d'un tiers du territoire est recouvert de matériaux volcaniques.

Localisation des principaux volcans actifs de Mesoamérique

Ainsi, le Mexique, est couvert de volcans, actifs ou éteints (plus de 2000 en tout), dont la plupart se situent autour du 19e parallèle, aussi connu sous le nom d'axe néo-volcanique ou ceinture de feu. Le plus connu de tous est bien entendu le Popocatépetl (montagne qui fume), puisqu'il est à ce jour aussi le plus actif et proche de la capitale Mexico.

Mais il existe de très nombreux autres volcans, dont le plus haut, le Pic d'Orizaba (5.760 m), ou Citlaltépetl (montagne de l'aube), est aussi le plus haut sommet mexicain et le plus haut volcan d'Amérique du Nord. La plupart des volcans qui ceignent Mexico DF, sont éteints. Certains portent des noms prestigieux, comme Tláloc. Pêle-mêle, ils se nomment : Xaltepec, Oclayuca, Chichinautzin, Pelado, Holotepec et se situent tous au sud de Mexico DF.

A mi-chemin entre Mexico et Puebla, se situent bien entendu le majestueux Popo (5.452 m) et sa belle Izta (5.386 m), puis à l'est de Puebla, on rencontre, la Malinche (4.461 m), dont on peut facilement faire l'ascension.

En continuant à l'est, on arrivera rapidement au Pic d'Orizaba et si l'on bifurque ensuite légèrement au nord, on découvrira le Cofre de Perote (4.282 m), à l'ouest de la ville de Xalapa. On pourra aussi découvrir dans les environs les complexes volcaniques de Los Humeros, Serdán-Oriental, Las Cumbres et La Gloria.

Si on part côté ouest, juste après la ville de Toluca (Etat de Mexico), on pourra gravir le Nevado de Toluca (4.690 m), ou Xinantécatl, éteint, et dont l'ascension peut se faire en voiture quasiment jusqu'au sommet, où l'on découvrira le lac de la Lune et le lac du Soleil.

Plus loin, sur la route de l'ouest, on rencontrera au détour de la jolie ville et du Lac de Pátzcuaro, le volcan éteint de l'Escribo Grande, qui permet d'admirer la ville et son lac d'en haut. Et un peu plus loin, le fameux volcan Paricutín (2.775 m).

Au bout du chemin, une autre ville mexicaine, située sur le 19e parallèle, qui fait souvent parler d'elle à cause de l'activité intense de ses volcans et ses tremblements de terre est Colima. En effet, Colima est cernée par 2 volcans : Le Nevado de Colima (4.335m) d'un côté et le Volcan de Colima, appelé aussi Fuego (3.960 m) de l'autre.

En remontant en direction de la Basse Californie, à quelques centaines de kilomètres au nord de Colima, la petite ville de Tepic est entourée de 2 volcans : San Juan (2.103 m) et Sangangüey (2.286 m).

La presqu'île de la Basse Californie comporte elle aussi de très nombreux volcans, car elle suit la fameuse faille de San Andreas. Du nord au sud, on rencontrera ainsi, le Cerro Prieto, le complexe volcanique de San Quintín, la Isla San Luis, le volcan de Coronado, la chaîne volcanique de San Borja (situé au sud du Parc National du désert central de Basse Californie), les volcans de Las Tres Virgenes (1.996 m), la Isla Tortuga, et le complexe Comondú-La Purísima.

Carte des principaux volcans actifs du Mexique


Avant la conquête espagnole, une partie importante de ces volcans étaient craints et vénérés comme des dieux ; certains personnifiant même certains dieux. Des offrandes étaient déposées au sommet des volcans et des rituels organisés pour demander les faveurs du Dieu invoqué : pluie, récoltes prospères, victoires guerrières…

De nos jours, beaucoup de ces volcans ont engendré la création de Parc Nationaux qui leur sont consacrés. Mais il en existe aussi beaucoup d’autres moins connus. Cependant, il est impératif de noter que l'accès aux volcans situés dans les parcs nationaux est payant et peut être réglementé au besoin, en fonction des alertes de sécurité (risques d’éruption, mauvais temps…).

Si vous aimez les volcans, je vous invite vivement à venir découvrir ceux du Mexique. Bien qu’il soit impossible de tous répertorier ici, je vous promets qu’il y en aura vraiment pour tous les goûts.

Le plus sage est de classer les principaux, auxquels on peut accéder relativement facilement, par Etat :

- Etat de Mexico
- Basse Californie Nord
- Basse Californie Sud
- Chiapas
- Colima et Jalisco
- Michoacán
- Nayarit
- Puebla et Tlaxcala
- Sonora
- Veracruz


Etat de Mexico

- Popocatépetl (5.452 m). Situé à cheval sur les Etats de Mexico et de Puebla, 2e sommet le plus haut du Mexique, la "montagne qui fume", est le plus connu de tous les volcans et sommets mexicains, sans doute pour plusieurs raisons. D'une part, il est proche de la ville de Mexico, et c'est en passant entre les volcans, qu'Hernán Cortés a pu découvrir la splendeur de Mexico-Tenochtitlán ; d'autre part, il est entré à nouveau en activité en 1994, mais a surtout fait parler de lui en 2000, lors de sa principale éruption. Il est depuis sous haute surveillance, car il émet régulièrement des fumerolles et des cendres. En effet. il est considéré comme potentiellement dangereux, car c'est un volcan de type plinien, c'est à dire semblable au Vésuve qui détruisit totalement Pompéi et ses environs durant l'Antiquité. Enfin, il fait partie de la légende du brave guerrier, parti à la guerre pour prouver sa vaillance au père de sa belle, et qui de retour trouva sa dulcinée morte de chagrin, la posa au sommet d'une montagne, fumant pour la veiller, et tous deux furent recouverts de neige et se changèrent en montagne. Il faut noter que son accès est aujourd'hui strictement interdit pour des raisons de sécurité. Pour vous consoler, vous pouvez toujours voir le Popo en temps réel, sur le lien du Cenapred (attention toutefois au décalage horaire de 7h de moins avec la France).

- Iztaccíhuatl (5.386 m). Troisième sommet le plus haut du Mexique, la "femme blanche", princesse de la légende, tout comme son majestueux compagnon Popo, le guerrier, est située à la fois sur l'Etat de Mexico et sur celui de Puebla ; mais contrairement à lui, c'est un volcan éteint, dont on ignore la date de sa dernière éruption. La forme de son sommet évoque celle d'un femme allongée. Contrairement au Popocatépetl, il est possible d'escalader l'Iztaccíhuatl, mais il est recommandé de le faire en compagnie d'un guide de la région et plutôt en hiver, en raison des risques d'instabilité des glaciers, lorsque les températures se réchauffent. Son escalade a coûté de nombreuses vies. Il est donc indispensable d'être bien entraîné avant d'envisager son ascension. En 2005, une exposition consacrée à la fascination exercée par le couple de volcans, sur les hommes, depuis les temps précolombiens jusqu'à nos jours, a eu lieu au Palacio de Bellas Artes, à Mexico. Un livre retraçant cette exposition a été publié par la CONACULTA.

- Nevado de Toluca (4.690 m), ou Xinantécatl, dont l'étymologie est incertaine. Situé au sud-ouest de Toluca, c’est le 4e sommet du Mexique et l’un des rares volcans de plus de 4.000 m d’altitude, sur lesquels on peut monter en voiture quasiment jusqu’au sommet par jour de beau temps, la route pouvant être partiellement ou totalement fermée en cas de mauvais temps ou de brouillard pour des raisons de sécurité. On découvrira, une fois le cratère atteint, les lacs de la Lune et du Soleil, où les peuples précolombiens réalisaient des offrandes. Sa dernière éruption date d’environ 1350 avant JC.

- Xocotitlán (3.900 m). A environ 60 km au nord de Toluca, dominant le petit village de Jocotitlán (lieu des fruits) se situe ce volcan que l'on peut gravir par un petit chemin menant au sommet. Sa dernière éruption daterait du 13e siècle.


liste des Etats

 


Basse Californie Nord

- Cerro Prieto. Ce petit volcan (env. 1.700 m), situé au sud de la ville frontière de Mexicali, est localisé sur le rift continental de la faille de San Andreas, non loin du delta du fleuve Colorado. Une légende indienne Cucupa décrit la formation du volcan, comme un monstre, recouvrant la plaine de rochers brûlants, qui sortait de terre en émettant des langues de feu. Sa dernière éruption est malheureusement inconnue, toutefois, une activité souterraine importante subsiste dans les environs. En effet, on trouve à côté le lac Vulcano, dégageant des fumerolles de vapeur d’eau et autour duquel on pourra observer de petits « spas » de boue bouillonnante. Cette intense activité permet de faire fonctionner l’une des principales centrales géothermiques du Mexique qui exporte une partie de son électricité à l’Etat de Sonora voisin ou aux Etats-Unis.

- Volcan de Coronado. Ce volcan est un tout petit volcan (env. 440 m), au large de Bahía de los Angeles, situé au Nord de l'île de Coronado, dans le Canal de Ballenas, lui-même situé dans le Golfe de Californie. On ne connaît pas sa dernière éruption mais des fumerolles ont été reportées pour la dernière fois en septembre 1539.

- Isla San Luis (env. 180 m) ou Isla San Luis Gonzaga ou La Encantada Mayor ou Salvatierra. Située dans le Golfe de Californie, au large de Las Encantades, elle est la plus grande des Iles Encantadas et est en fait un ancien volcan sous-marin. Les dernières éruptions ont produit 2 dômes d'obsidienne, dont on ne connaît pas la datation exacte mais dont on peut penser qu'ils ont moins d'un siècle.

- San Quintín (env. 260 m). Ce complexe volcanique, situé à 190 km au sud d'Ensenada, composé d'une dizaine de cônes, forme une baie en U donnant sur l'Océan Pacifique. Cette baie donnera aussi l'occasion pour les amateurs, de pratiquer la pêche au gros, véritable spécialité de la région. Initialement, ce complexe était un volcan sous-marin, qui au fil du temps et de son expansion s'est rattaché à la Presqu'île de Basse Californie. La Isla San Martín, située à 5 km au large, fait partie du même complexe.


liste des Etats


Basse Californie Sud

- Las Tres Virgenes. Au Nord de Santa Rosalía, se situe non pas un volcan, mais plutôt un complexe volcanique qui culmine à 1.940 m composé de 3 volcans : El Viejo, El Azufre et La Vírgen. Cette dernière est d'ailleurs le plus récent des 3 volcans. Les dernières fumeroles ont été reportées par un prêtre jésuite espagnol en 1746, mais aucun dépôt de cette petite éruption n'a été trouvée à ce jour. Mais les dernières informations que nous avons en notre possession relatent une éruption qui daterait de 2001. La Vírgen serait donc à ce jour considérée comme un volcan actif.

- Isla Tortuga (env. 210 m). Dans le Golfe de Californie, à quelques kilomètres au large de Santa Rosalía, sur le même parallèle que Las Tres Virgenes, on pourra faire un détour sur cette île volcanique qui était à l'origine un simple volcan sous-marin.

- Comondú La Purísima (env. 780 m). A l'ouest de la Sierra de la Giganta, entre les rivières Comondú et La Purísima, sur le même parallèle que Loreto, se situe ce complexe volcanique peu élevé, dont on ignore la date de la dernière éruption.


liste des Etats

 

Colima et Jalisco

- Le Fuego de Colima (3.860 m) ou Colimatépetl (sommet des hommes des bras et des mains) est localisé en partie dans l'Etat de Colima, alors que le Nevado de Colima (4.330 m) ou Zapotepetl (sommet des fruits ronds sucrés ou montagne des sapotes/sapotilles) se situe lui, uniquement dans l'Etat de Jalisco.
Le Fuego a une activité assez intense, raison pour laquelle il change souvent d'apparence et d'altitude au fil des éruptions et/ou des effondrements de son cratère. C'est le second volcan le plus connu du Mexique car il représente actuellement une menace au moins équivalente, voire supérieure, à celle du Popo. Tout comme ce dernier, il est sous surveillance constante et l'on peut voir, au jour le jour, quel est son niveau d'activité, grâce aux webcams, même si souvent de nombreux nuages et/ou cendres gênent la vue. Depuis mai 2005, il est entré dans une phase d'activité plus importante, justifiant l'extension de la zone d'interdiction d'accès.
Le Nevado est quant à lui considéré comme éteint et représente un excellent terrain pour pratiquer la randonnée dans les forêts de pins, sapins et oyamels, qui le recouvrent, mais on ne peut accéder que de manière restreinte au parc Volcán Nevado de Colima. Si vous souhaitez partir en randonnée ou camper dans le parc, il est donc conseillé de réserver à l'avance son séjour auprès des autorités.

- Complexe volcanique de Mascota. A quelques dizaines de kilomètres à l'est de Puerto Vallarta, tout autour de la petite ville de Mascota se trouve ce complexe volcanique composé de plusieurs volcans éteints de toutes tailles. A découvrir pour changer un peu de la plage.


liste des Etats

 


Chiapas

- El Chichón ou Chichonal (aucune certitude sur son point culminant, entre 1.150 m et 2.224 m ?). Ce volcan se situe sur la route reliant Villahermosa à Tuxtla Gutiérrez, dans la Sierra de la Magdalena. Jusqu’à une période très récente, ce petit volcan un peu excentré était très peu connu. C’est sa dernière grosse éruption, qui débuta le 19 avril 1982, qui l’a révélé au Monde. Les dégâts causés à l’environnement et aux populations environnantes furent très importants. En effet, le volcan éjecta de nombreuses bombes volcaniques à plus de 18 Km de son cratère et le nuage de cendres émis atteignit une altitude de 20.000 m : 51 villages et fermes furent gravement affectés. Cette éruption donna le jour à un nouveau cratère, qui est aujourd’hui comblé par un lac acide (baignade interdite donc !), et dégage quelques fumeroles.

- Tacaná (4.093 m). Ce volcan est situé à la frontière entre le Mexique et le Guatemala, du côté Pacifique, non loin de la ville frontière de Tapachula, d’où l’on peut observer sa présence imposante. Son cratère mesure environ 10 Km de diamètre. Il fait partie de la ceinture volcanique d’Amérique Centrale. Sa dernière éruption date de 1986, mais le volcan est âgé de plus de 2,5 milliards d’années !!!

liste des Etats

 

Michoacán

- Paricutín (2.775 m). C’est l’un des volcans les plus récents du Mexique puisqu’il a vu le jour entre 1943 et 1952. Le matin du 20 février 1943, un paysan vit s’ouvrir sous sa charrue un trou, au fond duquel transparaissait la lave ardente. A 5h de l’après-midi, le volcan se réveillait à une vitesse faramineuse. Un an plus tard, le village de San Juan Parangaricutiro était abandonné par tous ses habitants et totalement englouti sous la lave. Aujourd’hui, il ne subsiste que les ruines de l’église. On peut toutefois monter au sommet du volcan en 8 h environ, à condition d’avoir de bonnes chaussures. Dans un intervalle de temps identique, on peut faire le même trajet à cheval, mais il n’est pas sûr que ce soit vraiment moins fatigant. Une fois arrivés au sommet, vous pourrez sans doute observer quelques fumerolles se dégageant du cratère.
Pour en savoir plus, vous pouvez voir l'évolution des éruptions du volcan sous forme d'une petite animation.

- Au sud-est du Paricutín, entre les villes de La Huacana et Churumuco de Morelos, on trouve son grand frère, le volcan Jorullo (3.170 m), beaucoup moins célèbre que son cadet, mais très récent lui aussi, puisqu’il est né le 29 septembre 1759, et cette éruption n’a jamais cessé 15 années durant. Il grandît d’ailleurs de 250 m au cours des 6 premières semaines de sa vie, mais les dernières fumerolles observées datent de 1967. Il est en réalité compose de 3 cônes, le cône EJ est le « véritable » cratère du Jorullo, né en 1759, le cône YC vît quant à lui le jour en 1774, quant au cône OCC, il est plus ancien, mais on ignore encore son origine exacte car aucune éruption n’a été relatée à son sujet.

liste des Etats

Nayarit

- Volcans Sangangüey (2.286 m) et San Juan (2.103 m). Autour de la petite ville de Tepic se situent 2 volcans homonymes San Juan et Sangangüey (qui est le synonyme de San Juan), dont ce dernier est le plus haut des 2. La dernière éruption du San Juan, selon un rapport contesté, daterait de 1859, et celle du Sangangüey de 1742, selon une tradition orale indienne, mais il n'y a aucune confirmation historique de ces éruptions. Le Sangangüey sert aujourd'hui d'aire de jeu aux férus de randonnée et d'escalade.

- Ceboruco (2.164 m). Ce volcan est situé à quelques dizaines de kilomètres au sud-est de la ville de Tepic, sur la route menant à Guadalajara, près de la petite ville de Jala. Sa dernière éruption date de 1875. Toutefois, des fumerolles (11 au total) se dégagent encore de son cratère auquel on peut accéder facilement, tout d'abord par un chemin pierreux de 18 Km menant jusqu'au sommet du volcan, puis, en descendant à pied dans son cratère sur 3 Km supplémentaires. Pour en savoir plus sur cette excursion, un lien en espagnol.
Il existe aussi plusieurs parois rocheuses équipées pour l'escalade. Pour plus de renseignements (en espagnol)

liste des Etats


Puebla et Tlaxcala

- La Malinche (4.461 m) ou Matlalcuéyatl (celle qui a une jupe bleue, en référence à la déesse de la pluie des Tlaxcaltèques que l’on y vénérait). C'est un volcan éteint assez peu étudié jusque là par les vulcanologues. Il est situé à cheval sur les Etats de Puebla et Tlaxcala. C’est le plus proche de la ville de Puebla. Il fait parti des rares volcans culminant à une altitude supérieure à 4000 m dont on peut facilement atteindre le sommet, sans être alpiniste. La légende rapporte que lorsque La Malinche (maîtresse et interprète de Cortès) est morte, son corps fut déposé au sommet par les indiens Tlaxcaltèques.

- Pico de Orizaba (5.760 m) ou Citlaltépetl (montagne de l'aube ou montagne de l'étoile, en référence à Vénus). Situé à cheval sur les Etats de Puebla et de Veracruz , il remporte tous les qualificatifs : sommet le plus haut du Mexique et volcan le plus haut d'Amérique du Nord. Sa cime est couverte par un glacier, qui fait varier les statistiques sur l'altitude de son point culminant, entre 5.675 m et 5.760 m d'altitude. Ses nombreuses éruptions passées ont créé tout un ensemble d'extensions qui entourent le volcan principal, dont une partie culmine à plus de 4.000 m. La dernière éruption remonte à environ 3 siècles en arrière. Il est malheureusement assez rare d'arriver à voir son sommet car celui-ci est souvent recouvert de nuages. De très nombreux alpinistes tentent de le gravir, mais même si l'ascension n'est pas très technique, il est fortement recommandé de faire appel à un guide local, et de programmer cette ascension en hiver, pour éviter les problèmes d'instabilité des glaciers liés à la fonte des neiges. Il est également conseillé de prévoir une période d'acclimatation afin d'éviter de souffrir du mal des montagnes. Pour plus d'informations sur le volcan, les routes d'accès menant au sommet, et/ou s'enregistrer auprès des autorités de la protection civile sur la durée de son séjour dans le parc, vous pouvez visiter le site de l'Etat de Veracruz.


- Popocatépetl

- Iztaccíhuatl

liste des Etats


Sonora

- El Pinacate (1.390 m). Ce volcan se situe dans le désert de Sonora, près de la frontière avec les Etats-Unis, et possède une large base 60 x 55 km et un cratère de 1,6 km de diamètre. On ne sait pas grand chose de ses dernières éruptions, mais des légendes indiennes en relatent, jusqu'au 20 siècle. Toutefois, ces légendes sont historiquement discutables.


liste des Etats

 


Veracruz

- El Cofre de Perote (4.282 m) ou Nauhcampatépetl (montagne carrée ou montagne des quatre points cardinaux). Situé à l’ouest de Xalapa et au nord du Pico de Orizaba, il est considéré comme le petit frère de ce dernier. Le nom de Perote est du à Pedro Anzures, surnommé Perote eu égard à son imposante stature, qui fut le premier des soldats de Cortes à l’avoir escalader. On donne quelquefois le nom de « coffre au trésor du Perote » au glacier situé à son sommet, car il donne l’impression d’être constitué de cristaux. La datation de sa dernière éruption remonte au 12e siècle environ.

- Pico de Orizaba

- San Martín Tuxtla (1.737 m). Au nord de San Andrés Tuxtla et au nord-est du lac de Catemaco se situe le volcan de San Martín Tuxtla, donnant d’un côté sur le Golfe du Mexique et de l’autre sur la lagune de Catemaco. Il permettra au promeneur de découvrir cette envoûtante réserve naturelle, à la faune et à la flore exceptionnelles, ainsi que le parc écologique de Nanciyaga, où l’on pourra entrer en contact avec un chaman (sorcier). Ses 2 plus grosses éruptions datent de 1664 et 1793 et les dernières fumerolles enregistrées, datent elles, de 1967.

- Naolinco (2.023 m). Ce complexe volcanique situé au nord-est de Xalapa, est composé de plusieurs cônes dont le plus grand, le Cerro Acatlán, culmine à plus de 2.000 m. La dernière éruption est issue du cône nommé Rincón de Chapultepec et date des environs de 1200 avant JC.


liste des Etats

 

© www.MonMexique.com - 2005/2007- Tous droits réservés
Me laisser un message: contact webmaster

Remerciements :
Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont permis à cette page d'exister en m'accordant les autorisations nécessaires et plus spécialement :
- Phil Farquharson de la San Diego Association of Geologists,
- Lee Siebert du Global Volcanism Program de la Smithsonian Institution,
- Gerardo Zenteno et José Luís Macías de l'Universidad Nacional Autónoma de México.

Thanks :
I want to express my thanks to all the people who allowed the existence of this page, by according me the required authorizations and more specially to :

- Phil Farquharson from the San Diego Association of Geologists,
- Lee Siebert from the Global Volcanism Program of the Smithsonian Institution,
- Gerardo Zenteno and José Luís Macías from the Universidad Nacional Autónoma de México.

Agradecimientos :
Deseo agradecer a todas aquellas personas que hicieron posible la creación de esta pagina web al darme las autorizaciones requeridas, en especial, doy las gracias a :
- Phil Farquharson de la San Diego Association of Geologists,
- Lee Siebert del Global Volcanism Program de la Smithsonian Institution,
- Gerardo Zenteno y José Luís Macías de la Universidad Nacional Autónoma de México
.